Colloque Services publics France/Royaume-Uni

L’Etat et les services publics à l’ère de l’austérité : étude
comparative de la France et du Royaume-Uni (Paris, le 2 et 3 décembre
2016)

Ce colloque international est organisé par plusieurs organismes en
France et au Royaume-Uni (notamment, les Universités Paris 1 et 3,
France Stratégie et Policy Network). Il a pour but d’examiner
l’évolution de l’Etat et des services publics à l’ère de l’austérité,
dans une perspective comparatiste France-Royaume-Uni. Le colloque est
transdisciplinaire et cherche à réunir des intervenants qui sont
décideurs de la politique publique, acteurs et
chercheurs/universitaires. Il s’agit de confronter des expériences
nationales, d’un point de vue sectoriel (éducation, santé, transports,
défense, etc.) mais aussi dans une perspective institutionnelle
(gouvernement local, national et transnational, citoyenneté, etc.).

Le contexte :

La crise financière et la Grande récession ont obligé la plupart des
pays industrialisés à pratiquer une politique de relance importante en
2008 et 2009, accompagnée d’interventions massives en faveur des
secteurs bancaires nationaux. En conséquence, l’endettement public a
augmenté considérablement et ce, dans presque l’ensemble du monde
industrialisé. Par la suite, en 2010, les politiques  de relance
(plutôt keynésiennes) ont cédé la place à l’assainissement budgétaire,
en particulier en Europe. Ce changement de cap a inauguré une nouvelle
ère « d’austérité », où les gouvernements cherchent à réduire les
déficits, souvent en limitant les dépenses publiques. Le Royaume-Uni
et la France ont mis en œuvre ce changement de politique, mais dans
des termes quelque peu différents.

Au Royaume-Uni, le revirement de la politique est venu avec l’élection
d’un gouvernement de Coalition conservateur et libéral-démocrate en
mai 2010. Celui-ci a rapidement et visiblement engagé un programme de
réduction de dépenses, dans le but d’éliminer les déficits publics
(plus de 10% du PIB en 2010) avant la fin du quinquennat (2015).
Finalement le déficit a été « seulement » réduit de moitié. Par
conséquent, le gouvernement conservateur élu en mai 2015 a toujours
comme objectif de réduire le déficit budgétaire dans les années à
venir. Quel que soit le succès futur de cette politique, le Chancelier
de l’Échiquier (Ministre des Finances),  George Osborne, a exprimé son
intention de réduire d’une manière significative la taille du secteur
public au Royaume-Uni à environ 35% du PIB. Ceci constituera alors une
rupture nette avec ce qu’on pourrait appeler le «paradigme New Labour»
du développement du secteur public, fondé sur la poursuite de la
marchandisation et de la libéralisation des services publics, mais
accompagné d’augmentations massives de dépenses dans les années 2000
(jusqu’ à la crise).

La politique budgétaire de la France est également caractérisée par la
recherche de l’assainissement des dépenses publiques, bien que d’une
manière plus équilibrée et en référence notamment au Pacte budgétaire
européen signé en 2012, qui réaffirme les engagements budgétaires des
pays membres de la zone euro. Il en résulte des efforts pour réduire
les déficits durant la présidence de N. Sarkozy et les gouvernements
de F. Fillon (2007-2012) ainsi que la présidence de F. Hollande et les
gouvernements socialistes de J.-M. Ayrault (2012-2014) et de M. Valls
(2014-). La mise en œuvre de l’austérité s’est traduite principalement
par des coupes budgétaires sous les gouvernements Fillon et par un
mélange de maîtrises de dépenses et de hausses d’impôts par la suite.
Bien que le déficit ait été réduit, la France n’a toujours pas réussi
à ramener son déficit public en dessous des 3% du PIB. En conséquence,
« l’austérité» va se poursuivre dans les années à venir.

Les thématiques du colloque :

Ce projet de colloque international et de recherche vise à examiner
comment l’Etat et les services publics évoluent en France et au
Royaume-Uni compte tenu de l’austérité budgétaire. À cette fin, le
projet propose d’examiner quatre grandes thématiques :

1/ L’économie et la politique de «l’austérité». Il s’agit de définir
«l »austérité» plus précisément et d’analyser comment et pourquoi elle
domine les dépenses publiques aujourd’hui. Dans quelle mesure «
l’austérité » est-elle un renforcement du néolibéralisme ? Est-ce que
l’austérité d’aujourd’hui est vraiment différente de la maîtrise des
dépenses publiques d’autrefois ?

2/ Des approches historiques et culturelles de l’Etat et des services
publics. La France et le Royaume-Uni figurent parmi les plus anciens
Etats-nations en Europe. À bien des égards, le secteur public remplit
des fonctions similaires dans les deux pays. Mais des différences
importantes existent quant à leurs traditions nationales, la relation
entre l’État et le marché et entre l’État et les citoyens. Cet axe de
recherche vise à examiner à la fois ces similitudes et ces différences
historiques et culturelles.

3/ Les études sectorielles. Plusieurs tables-rondes du colloque
chercheront à examiner comment différents services publics évoluent
aujourd’hui. Les domaines spécifiques à examiner comprennent : la
santé, l’éducation, le logement, les services de réseau, les
transports, la culture, les politiques relatives aux transferts de
revenus (pensions, allocations de chômage…), les politiques de
l’emploi, des services de «sécurité nationale». Les contributions
pourront porter sur un secteur par pays et/ou des comparaisons
directes France-Royaume-Uni dans le domaine choisi. L’organisation des
services publics, la délégation de service public au secteur privé et
les partenariats public/privé seront également examinés.

4 / Le gouvernement local, régional et européen. Depuis les années
1980, la France et le Royaume-Uni ont connu des changements importants
dans l’équilibre des pouvoirs entre le centre et les régions (la
décentralisation en France en 1983; la décentralisation (devolution)
du pouvoir vers l’Ecosse en particulier, mais aussi vers Irlande du
Nord et le pays de Galles au Royaume-Uni, notamment en 1998). Dans le
même temps, la législation et la jurisprudence européennes affectent
les gouvernements nationaux de plus en plus (et continueront
probablement à le faire par le biais du marché unique en Europe, même
dans le cas du « Brexit »). Cette partie de la recherche examinera les
nouvelles approches des autorités et des services publics au niveau
régional. Elle examinera également les conséquences générales de
l’intégration européenne en termes de droits et d’accès aux services
publics.

Langues de travail : anglais et le français.

Comité d’organisation : Daniel AGACINSKI (France Stratégie), Noëlle
BURGI (CNRS, CESSP), David FEE (Paris 3, CREC), Isabelle HIRTZLIN
(Paris 1, CES), Anémone KOBER-SMITH (Paris 13, Pléiade), Sandrine
MAHIEU (Ministère de la Culture), Pierre PECH (Paris 1, Ladyss),
Nicholas SOWELS (Paris 1, CREC) et Renaud Thillaye (Policy Network).

Comité scientifique : Edith ARCHAMBAULT (Paris 1), Ben CLIFT
(Warwick), Andrew GAMBLE (Cambridge), Daniel GAXIE (Paris 1), Richard
HYMAN (LSE), Gilles LEYDIER (Toulouse), Zeynep OR (IRDES), Nick PEARCE
(IPR, Bath) et Hélène PHANER (France Stratégie).

Veuillez envoyer vos propositions de communications (résumé de 300
mots et court CV) à nicholas.sowels@univ-paris1.fr avant le 31 mai
2016, svp.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *