Archives pour la catégorie Édition

L’enquête en question

51oyV5XzalL._SY445_

Les enquêtes d’opinion et statistiques sont aujourd hui une part intégrante du paysage de nos sociétés démocratiques. Une pratique que l’on trouve légitime mais dont on peine à imaginer qu’elle ait pu exister avant la République, dès l’Ancien Régime et même dans ce lointain Moyen Âge, si antagoniste a priori avec les usages politiques et les modes d’information contemporains. Pourtant, dès le XIIIe siècle en Occident, les princes et les communes qui incarnent l’autorité publique cherchent à mettre en œuvre l’idéal du Bon Gouvernement en faisant reposer la prise de décision puis l’action politique sur l’information obtenue des sujets, la « vérité » juridiquement construite à partir des témoignages recueillis, et le contrôle des agents publics. Le « dialogue » entre gouvernants et gouvernés s’établit de la sorte à plusieurs niveaux ; il repose sur la parole mise en forme par l’écrit dans le cadre des procédures d’enquête, sur la transformation de la « réalité » en « vérité ». Les historiens réunis dans cet ouvrage cherchent à comprendre les mécanismes originels de ce processus en le replaçant dans le contexte plus large des usages de la parole recueillie, transcrite, transformée dans les modes de gouvernement médiévaux, en posant quelques jalons du devenir de l’enquête à l’époque moderne, en ouvrant enfin la perspective au monde ottoman dont les pratiques en ce domaine sont originales.

Mailloux Anne, Verdon Laure, 2014, (Dir.), L’enquête en questions. De la réalité à la « vérité » dans les modes de gouvernement (Moyen-Âge – Temps modernes), Paris, CNRS Éditions, 256 p.

Le feu aux poudres

images-1Cet ouvrage rend compte de la  » modernisation » des entreprises de service public. L’auteure a suivi ce processus au sein de la Régie des transports de Marseille (RTM) pendant une décennie en occupant différents postes de travail. Elle déroule le fil rouge de cette  » modernisation  » au sein de laquelle prennent sens plusieurs temps forts : histoire de l’entreprise, conflit social (grève de 1995), changement technologique (billetterie électronique), sentiment d’insécurité. A l’instar de ce qui est à l’oeuvre dans tous les services publics, hôpitaux, universités, La Poste ou EDF, pour ne citer que quelques entreprises emblématiques, la RTM est représentative de cette « modernisation  » du service public. Etudier les conséquences de son évolution permet de décrypter et de mieux appréhender les changements actuels qui caractérisent le concept de  » service public à la française ». Cette analyse monographique des processus situe donc dans le concret et le quotidien des thèmes politico-économiques d’une actualité brûlante.

Gallenga Ghislaine, 2011, Le Feu aux poudres. Une ethnologie de la « modernisation » du service public, Paris Éditions du CTHS, coll. Le regard de l’ethnologue, n° 25, 303 p. (Compte rendu dans Revue française de science politique, 2013, 63-3).

De la porosité

CouvPorosité - 1Une véritable crise affecte les fondements mêmes du concept de service public : au fur et à mesure que les services publics s’émancipent du contrôle administratif et remplissent des fonctions commerciales, la frontière avec la sphère privée se brouille ou se réduit. Dans le même temps, le secteur privé s’empare des logiques et des missions autrefois réservées au secteur public. Ainsi se font jour, par exemple, des actions du secteur associatif qui tentent d’infléchir les politiques publiques. A partir de recherches de terrain menées sur les deux rives de la Méditerranée – Algérie, Cisjordanie, France, Italie, Maroc – cet ouvrage montre comment se matérialise l’enchevêtrement des secteurs public et privé dans le quotidien des travailleurs. Il met l’accent sur les conséquences pour les usagers/clients, sur la redéfinition des métiers, et sur les répercussions au niveau des rapports sociaux et des représentations, au-delà de la sphère professionnelle. A partir d’un panorama de divers secteurs du service public, dans différents pays méditerranéens, cet ouvrage dévoile l’éventail des possibles, la richesse, ainsi que la complexité de la porosité des secteurs public et privé. Cette porosité renvoie à l’évolution des entreprises publiques et des métiers qui lui sont afférents (transformations), à la cohabitation de statuts privés et publics au sein d’une même entreprise (cohabitation), à l’émergence d’initiatives privées locales soutenues par le secteur public (initiatives), jusqu’à la prise en charge par le secteur privé de missions traditionnellement dévolues au secteur public (carences). Les auteurs apportent ainsi dans cet ouvrage la pertinence du regard rapproché des miniatures ethnographiques.

 

Gallenga Ghislaine (Dir.), 2012,  De la porosité des secteurs public et privé. Une anthropologie du service public en Méditerranée, préface de Dionigi Albera, Presses universitaires de Provence, coll. Travail et gouvernance, Aix-en-Provence, 222 p.