Charles Bosvieux-Onyekwelu

Charles Bosvieux-Onyekwelu                                                                  Sans titre

34 ans

240 rue de Tolbiac 75013 Paris

06 63 62 09 32

charles.bosvieux-onyekwelu@normalesup.org

SITUATION ACTUELLE

2016 / 2017       ATER (mi-temps) en science politique – ISAM-IAE – Université de Lorraine

THÈSE

 Thèse pour le doctorat en sociologie intitulée : « D’une sociodicée à un savoir d’État : le service public, une tentative de mise en forme du monde social par le droit (1873-1940) »

Directeur : Laurent WILLEMEZ

Équipe d’accueil : École doctorale de sciences de l’Homme et de la Société de l’Université Paris-Saclay (ED 578)

                       Laboratoire PRINTEMPS – Professions, Institutions, Temporalités (UMR 8085, CNRS-UVSQ)

 Soutenue le 7 décembre 2016 à l’ENS devant un jury composé de : Mr Laurent WILLEMEZ, Professeur de sociologie à l’UVSQ (directeur de thèse), Mr Jean-Louis HALPÉRIN, Professeur de droit à l’ENS (co-directeur), Mme Martine KALUSZYNSKI, Directrice de recherche CNRS à Sciences-po Grenoble (rapportrice), Mme Claire LEMERCIER, Directrice de recherche CNRS à Sciences-po Paris (rapportrice), Mr Matthieu HÉLY, Professeur de sociologie à l’UVSQ (président) et Mr Duncan KELLY, Reader in Political Thought à l’Université de Cambridge (examinateur)

 

Résumé : Au carrefour de la socio-histoire, de la sociologie du droit et de la sociologie des élites, la thèse revient sur la genèse d’un concept-clef de l’État républicain en France : le service public. Entre 1870 et 1940, cette idée, qui préexistait à la naissance du nouveau régime, est retravaillée par différents types d’acteurs dans un sens plus démocratique, tel un aggiornamento de la pensée d’État. Dans cette opération de mise à jour figurent en première place les milieux juridiques (hauts fonctionnaires du Conseil d’État et professeurs de droit), qui vont notamment se servir de la montée en puissance du contentieux administratif pour légitimer leur position par rapport aux civilistes et imposer une vision « d’en haut » du service public, compris comme un véritable savoir de gouvernement. En retraçant les différentes étapes par lesquelles s’est constitué un récit mythique des origines autour de l’arrêt Blanco du 8 février 1873, la thèse vise donc à faire l’histoire de la construction d’une profession, celle de publiciste ou d’administrativiste, en même temps que la genèse d’un champ, le champ du « public ». Au sein de ce champ gravitent des acteurs plus éloignés du champ juridique (ingénieurs de l’État, philanthropes, théoriciens du social de tous ordres, syndicalistes de la fonction publique), qui luttent soit pour ne pas se laisser imposer une conception entièrement étatisée de la générosité publique, soit pour faire entendre le point de vue des dominé-e-s de ce champ (petits et moyens fonctionnaires, instituteurs/trices). L’enquête met donc en valeur une distribution inégale et différenciée de l’intérêt pour le « public », visible dans la compréhension des revendications démocratiques de l’époque (droit de grève et syndicalisation dans la fonction publique, municipalisme, vote de l’impôt sur le revenu), que certains des acteurs essaient constamment de retraduire dans les catégories d’un droit qu’ils aiment à voir comme seul savoir légitime sur le monde social. In fine, ce travail de socio-histoire permet, par un effort pour penser avec la mentalité des contemporains de l’époque (i.e. sans raconter l’histoire par la fin et en faisant droit aux possibles non advenus), de comprendre la métamorphose du « souci de soi » de l’État à un âge démocratique, en décrivant le point de rencontre entre une main droite traditionnellement régalienne et masculine (symbolisée par les membres du Conseil d’État) et la main gauche de l’État social et protecteur.

En termes de méthodes et de cadrage théorique, la thèse repose sur une enquête prosopographique dont le corpus est constitué par les différents sous-groupes de porteurs de l’idée de service public entre 1870 et 1940 (n = 77, des hommes à une majorité plus qu’écrasante). Elle alterne récit et analyse des données quantitatives issues de l’enquête prosopographique, et combine ethnographie sur archives (pour le Conseil d’État), analyse de correspondances et analyse de contenu (arrêts de la justice administrative, commentaires doctrinaux et ouvrages « théoriques » sur le service public). Elle s’essaie à une association raisonnée de la théorie des champs et de la sociologie des professions. Enfin, les archives dépouillées sont, outre les dossiers de carrière de chaque prosopographié-e, celles du Conseil d’État, du Tribunal des conflits, des facultés de droit (principalement Paris, Bordeaux et Toulouse), de l’agrégation de droit et des syndicats (fédérations de fonctionnaires + CGT dans ses rapports avec l’État).

MOTS-CLEFS : SERVICE PUBLIC, CONSEIL D’ÉTAT, SOCIO-HISTOIRE DE L’ACTION PUBLIQUE, SOCIOLOGIE DU DROIT, SOCIOLOGIE DES ÉLITES, SAVOIRS D’ÉTAT ET DE GOUVERNEMENT, DÉSINTÉRESSEMENT, THÉORIE DES CHAMPS, SOCIOLOGIE DES PROFESSIONS, PROSOPOGRAPHIE

FORMATION

 2010                     Capes de philosophie (reçu 6e sur 1130 ; major des épreuves orales)

Bi-admissible à l’agrégation (sessions 2008 et 2009)

 2005 / 2007               Institut d’études politiques de Paris – Diplômé mention « Affaires publiques »

2004 / 2006                  Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Département de philosophie

– Master 2 (mention très bien)

Titre du mémoire : « La puissance chez Hobbes et Spinoza : effectivité et finitude »

                                   – Master 1 (mention très bien)

                                   Titre du mémoire : « Pouvoir social et administration dans l’œuvre de Tocqueville »

2004                     Admis à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (reçu 52e sur 1032)

                                 Admis à l’Institut d’études politiques de Paris

CONTRATS ET FINANCEMENT DE LA RECHERCHE

2016 / 2017                   ATER (mi-temps) à l’Université de Lorraine

2015 / 2016                   ATER (mi-temps) à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

2013 / 2015                   ATER (temps-plein) à l’Université du Maine (Le Mans & Laval)

 2010 / 2013                  Doctorant contractuel à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

ENSEIGNEMENT [aperçu]

  • Histoire des idées politiques (cours, Université Paris 1, L2, 2012-2013, semestre 1, 18 heures)
  • Finances publiques (CM, site de Laval, L2 droit, 2014-2015, semestre 2, 30 heures)
  • Droits de l’Homme (TD, Université Paris Ouest, L3, 2015-2016, semestre 2, 18 heures)
  • Politiques publiques (CM, Université de Lorraine, M1, 2016-2017, semestre 2, 20 heures)
  • Sciences sociales et politiques (CM, Université de Lorraine, L2 AES, 2016-2017, semestre 2, 15 heures)
  • Introduction to sociology (TD, Sciences-po campus de Reims, L1, 2016-2017, semestre 2, 24 heures)

INTÉRETS DE RECHERCHE

  • Socio-histoire de l’action publique
  • Sociologie du droit
  • Sociologie des élites
  • Théorie des champs
  • Sociologie des professions, notamment des professions juridiques
  • Prosopographie
  • Rapports sociaux de sexe/théorie féministe du droit

PUBLICATIONS

→ Articles dans des revues avec comité de lecture

  • « L’exercice de l’État : voyage dans le “back-office” de la politique », Quaderni, numéro 86 « Penser la politique par le film » (coordination : Laurent Godmer et David Smadja), hiver 2014-2015, p. 55-66

→ Chapitres d’ouvrages

  • « Champ juridique et champ du public : pour une histoire sociale de la notion de service public » in GALLENGA Ghislaine et VERDON Laure (dir.), Penser le service public en Méditerranée. Le prisme des sciences sociales, Paris, Karthala-MMSH, collection « Ateliers méditerranéens », p. 55-74 [à paraître premier trimestre 2017]
  • « L’arbitre a toujours raison, mais les institutions ont peut-être tort : quelques réflexions sur les lois du jeu et leur herméneutique » in MAISONNEUVE Mathieu et TOUZEIL-DIVINA Mathieu (dir.), Droit(s) du football, actes du colloque « Les 24 heures du droit », Paris, Éditions L’épitoge, Lextenso, juin 2014, p. 65-71

→ Comptes-rendus de lecture

  • HENNETTE-VAUCHEZ Stéphanie, MÖSCHEL Mathias et ROMAN Diane (dir.), Ce que le genre fait au droit, Paris, Dalloz, 2013, dans Droit et société, numéro 91, 2015/3, p. 720-722
  • GALLENGA Ghislaine, Le feu aux poudres : une ethnologie de la modernisation du service public, Paris, Éditions du CHTS, 2011, dans Le Mouvement social, numéro 250, 2015/1, p. 125-128
  • BOURDIEU Pierre, Sur l’État, Paris, Éditions du Seuil, 2012, dans Raisons politiques, numéro 56, 2014/4, p. 115-116

COMMUNICATIONS

  • « Service public et sociodicée des élites sous la Troisième République (1870-1940) », Sociologie historique du politique et sociogenèse de l’État (XVIe – XXIe siècles), séminaire organisé par Fabien Carrié et Cédric Plont, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, 20 janvier 2017 [à venir]
  • « Une idée peut-elle fonctionner comme un champ ? L’exemple du service public et l’hypothèse d’un “champ“ du public sous la Troisième République », L’histoire sociale des idées politiques en perspective, Doctoriales de l’Association française de science politique, Sciences-po Paris, 22 juin 2016
  • « Que peut apporter l’hybridation du champ et de la juridiction à une sociologie de la croyance dans le désintéressement ? Une tentative de réponse contextualisée à partir de l’exemple des membres du Conseil d’État sous la Troisième République », Faire système des savoirs en sciences sociales : implications théoriques et réflexives d’un dialogue entre Pierre Bourdieu et Andrew Abbott, journée d’études organisée par le Centre Émile Durkheim, Sciences-po Bordeaux, 1-2 juin 2016
  • « Rétrodiction et histoire des possibles : le service public comme expérience républicaine (1873-1940) », Les méthodes de l’histoire du droit, journée d’études organisée par le Centre de théorie et d’analyse du droit (CTAD) et l’Institut d’histoire du droit de l’Université de Gand, ENS Jourdan, 6 avril 2016
  • « Comment sociologiser un objet historiquement préempté par les juristes : l’exemple de l’idée de service public », journée d’études organisée par le RT 13 (Sociologie du droit et de la justice) de l’Association française de sociologie, Centre de sociologie des organisations, Paris, 10 mars 2016
  • « Le droit public et la crise du service public “à la française” : un exemple d’hystérésis », Les crises du service public, journée d’études organisée par le programme TRANSPUME, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), Aix-en-Provence, 26 juin 2015
  • « Le public et le privé : une relecture de la LOLF à l’aune des recompositions disciplinaires à l’œuvre dans le champ juridique », Congrès 2015 de l’Association française de science politique, ST 31 (Rendre faillible le service public : processus, instruments et acteurs de la mise en crise financière des services publics), Sciences-po Aix, 23 juin 2015
  • « Un croisement entre travail ethnographique et travail archivistique est-il possible ? Le cas du Conseil d’État », Congrès 2015 de l’Association française de science politique, ST 28 (Ethnographier les institutions : un impératif empirique ?), Sciences-po Aix, 22 juin 2015
  • « Étudier les zones-frontières des sciences sociales : l’exemple du service public », papier présenté en commun avec Emmanuel Rosas et Mélanie Vay, séminaire de l’axe thématique du CESSP « Pouvoir et rapports de domination », Paris 1, 4 mai 2015
  • « Le service public du droit administratif au tournant du siècle dernier : invention d’un nouveau langage sur l’État dans un champ en construction », L’État, la République, les services publics : regards croisés de la philosophie et de la science politique, journée d’études organisée par le programme TRANSPUME, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), Aix-en-Provence, 5 décembre 2014
  • « Une compréhension du service public en termes de désintéressement est-elle possible ? », Le service public en Méditerranée au prisme des sciences sociales, colloque international organisé par le programme TRANSPUME, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), Aix-en-Provence, 30 août 2013
  • « L’exercice de l’État, ou l’invisible politique mis à nu », Congrès 2013 de l’Association française de science politique, ST 58 (Cinéma, film et (science) politique), Sciences-po Paris, 11 juillet 2013
  • «L’habitus politiste et son rapport à l’objectivité », Congrès 2013 de l’Association française de science politique, ST 64 (Approches du normatif. La théorie politique entre philosophie et sociologie), Sciences-po Paris, 9 juillet 2013
  • « Entre juridisme et philosophie sociale : la conception française du service public », Comment vivre en société ? Individus et communautés dans l’espace public, journées doctorales du département de philosophie de l’université Paris Est Créteil, Créteil, 14 octobre 2011

ORGANISATION D’ÉVÉNEMENTS SCIENTIFIQUES

→ Ateliers thématiques dans le cadre de congrès internationaux

  • « Le genre : un outil de (re)politisation du droit ? », section thématique co-organisée avec Véronique Mottier, Congrès 2017 de l’Association française de science politique, Université de Montpellier, 10-12 juillet 2017

→ Séminaires et discussions d’ouvrages

  • Autour de l’ouvrage de Stéphanie Hennette-Vauchez, Marc Pichard et Diane Roman (dir.) La loi et le genre : études critiques de droit français, séminaire (en présence des auteur-e-s) co-préparé et co-discuté avec Delphine Dulong, École doctorale de science politique de Paris 1, 9 février 2015
  • Autour de l’ouvrage de Bibia Pavard Si je veux, quand je veux : contraception et avortement dans la société française (1956-1979), « La mise en forme (médiatique) du corps politique des femmes », séminaire (en présence de l’auteure) co-préparé et co-discuté avec Sandrine Lévêque, Atelier parité du Labex TEPSIS, Paris 1, 27 janvier 2015
  • « Le métier politique au cinéma, entre désenchantement et réenchantement », intervention de Philippe Teillet discutée dans le cadre de la ST 58 (Cinéma, film et (science) politique) du congrès 2013 de l’AFSP, Sciences-po Paris, 11 juillet 2013
  • Autour du film de Pierre Schœller L‘exercice de l’État, séminaire (en présence du réalisateur) co-préparé et co-discuté avec Frédérique Matonti et Romain Lecler, École doctorale de science politique de Paris 1, 21 janvier 2013
  • Autour de l’ouvrage de Pierre Bourdieu Sur l’État, séminaire avec Rémi Lenoir co-préparé et co-discuté avec Daniel Gaxie et Martin Baloge, École doctorale de science politique de Paris 1, 26 novembre 2012
  • Autour de l’ouvrage de Stéphane Beaud Traîtres à la nation ? Un autre regard sur la grève des Bleus en Afrique du Sud, séminaire (en présence de l’auteur) co-préparé et co-discuté avec Bastien François et Martin Baloge, École doctorale de science politique de Paris 1, 9 janvier 2012

RATTACHEMENT, AFFILIATION A DES RÉSEAUX DE RECHERCHE ET FONCTIONS ADMINISTRATIVES

  • Membre du laboratoire PRINTEMPS (Professions, Institutions, Temporalités)
  • Membre du CESSP (Centre européen de sociologie et de science politique) [2010-2015]
  • Membre du programme transversal TRANSPUME (transformation du service public en Méditerranée) de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme
  • Membre élu (représentant des doctorant-e-s) au conseil de laboratoire du CESSP [2011-2013]
  • Membre de l’ASES
  • Membre (élu) du bureau de l’ANCMSP

AUTRES EXPÉRIENCES

2009 / 2010               Colleur en classes préparatoires HEC au lycée Henri Moissan de Meaux

                                   – Interrogations orales en philosophie/culture générale d’étudiant.e.s de deuxième année

2008 / 2009               Lecteur à l’Université de Cambridge (Jesus College, Grande-Bretagne)

                                    – Enseignement du français (compréhension auditive, traduction, rédaction d’essais) à des étudiant.e.s de première, deuxième et quatrième année

– Participation au jury de sélection des candidat.e.s à l’entrée en première année (cette sélection se faisant en décembre pour la rentrée suivante)

                                    – Organisation et encadrement d’un séjour linguistique en France de deux semaines impliquant 18 étudiant.e.s britanniques

2006 / 2007               Stagiaire (6 mois) à la Cour des Comptes – Paris

                                   – Participation à la rédaction d’un rapport consacré aux aides publiques au spectacle vivant et à l’enseignement de la musique

                                   – Préparation du colloque du bicentenaire de la Cour : « La contribution de la Cour à la réforme de l’État »

     2006                                  Stagiaire (3 mois) à France Culture – Paris

                                   – Préparation de l’émission Radio libre consacrée à l’économie du livre

                              – Préparation de la semaine Camus lors de la grille d’été (sélection d’archives INA, montage de documentaires, prise de contact avec diverses personnalités).

 

  CV Charles Bosvieux-Onyekwelu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *