Présentation Transpumed

 

Pourquoi étudier le service public en Méditerranée?

 

La genèse du concept de service public peut être associée aux origines médiévales du « bon gouvernement ». Deux traditions en ce domaine vont se développer en parallèle, dès le XIIIe siècle, qui mettent en œuvre  de manière différente la notion de “bien commun”, très souvent confondue dans les textes avec l’intérêt général. Cette réflexion historique sur les racines du service public, entamée lors des deux années précédentes, s’inscrit dans une historiographie récente mais déjà riche sur la question des modes de gouvernement à l’époque médiévale et de “l’invention” du droit public. Ces thématiques de recherche, qui ont trait à l’histoire politique et participe de son renouvellement récent en ce qui concerne l’histoire médiévale, sont particulièrement bien représentées au sein de la MMSH par les laboratoires TELEMME (groupe 4 –« Lien social, lien moral : éthique et politique dans l’Europe méridionale. XIe-XVIIe siècle »- de l’axe 2 – « Individus, identités, corps social ») et LA3M. Or l’espace méditerranéen apparaît dès le XIIIe siècle comme un lieu d’expérimentation et de forgement d’outils nouveaux en ce domaine, comme le souligne notamment l’exemple du royaume angevin de Naples-Provence, un territoire sur lequel le laboratoire TELEMME apporte une expertise reconnue internationalement depuis une dizaine d’années.

L’ouverture du programme TRANSPUME au monde musulman, en particulier par l’intégration de l’historienne Randi Deguilhem, rend possible un essai de comparaison à l’échelle méditerranéenne, une méthode au cœur de la démarche en sciences sociales et qui doit, à terme, structurer le programme. Cette comparaison pourra être tentée tant entre les mondes chrétiens et musulmans, qu’à l’intérieur même de territoires de même religion, entre des pays de traditions historiques différentes.

L’adoption de cet espace et de cette échelle d’étude doit, enfin, conduire à un élargissement de la réflexion historique, en y incluant une dimension dynamique, à des territoires dont l’histoire a posé la question du service public dans des contextes particuliers, au XIXe siècle notamment lors de la constitution d’entités nationales unifiées (Espagne, Italie), ou encore dans le cadre du mouvement de colonisation et de ses conséquences sur les rives méridionales et orientales de la Méditerranée. La méthode comparative permettra ainsi de poser de manière contextualisée la question des modèles dans le domaine du gouvernement et de l’administration publique.

 

La Méditerranée en tant qu’espace cohérent et structuré a constitué progressivement en anthropologie un champ de recherches à part entière.

Cadre d’étude relativement récent (même s’il existe des antécédents), l’anthropologie de la Méditerranée émerge sur la scène scientifique à partir de plusieurs colloques fondateurs et à visée fédérative dans les années 1960. Si elle connaît un développement faste jusqu’aux années 1980, de nombreux travaux émanent de la rive Nord et le comparatisme reste souvent marginal. Un fossé économique s’instaure entre les deux rives. Au Nord se déploient les études du Sud de l’Europe alors que les rives Sud et Est restent dévolues aux études sur les mondes arabe et musulman. Qui plus est, c’est la volonté persistante de définir la Méditerranée, au-delà de son caractère hétérogène, sous les traits d’une aire culturelle homogène qui sera principalement contesté. Certains critiques récusent ainsi le « caractère artificiel de son objet », dont la construction serait adossée à un ensemble de stéréotypes tels que l’honneur, la honte, le clientélisme, la sociabilité…, des thèmes prétendus fédérateurs qui auraient été développés par des chercheurs venus de l’Europe et de l’Amérique du Nord.

Puis, au cours des années 1980 et 1990, un vent de critiques se lève et marque le déclin des études sur cette aire. Ces réfutations peuvent être résumées de manière lapidaire dans le néologisme « méditerranéisme » proposé par Michael Herzfeld, calqué sur l’expression d’ « orientalisme » d’Edward Saïd. Cette décennie contraste ainsi avec la précédente dans le sens où elle signe le rejet du “méditerranéisme” au profit de “l’européanisme”. En outre, sa production scientifique se place sous l’influence directe de thématiques géopolitiques qui dénotent d’un intérêt croissant pour la résurgence d’un islam politique et pour la consolidation de l’Union Européenne. Comme cela est également le cas pour un ensemble de disciplines, la fin des années 1990 est marquée par l’essor d’un ensemble d’études sur la globalisation, les diasporas, le transnationalisme.

Ceci s’accompagne de la volonté de redéfinir les bases d’un comparatisme à bonne distance, entre asymétrie et tension, et vise ainsi à endosser diversité et contrastes qui, au-delà de leur simple négation, peuvent alors se muer en atouts heuristiques. Ainsi, le bassin méditerranéen constitue un contexte tant prolifique qu’heuristique en matière d’analyse des conséquences du processus de globalisation et ce, dans une perspective sociale, culturelle et économique. C’est à ce titre que les dynamiques du pouvoir local, le rôle des structures et des relations informelles et des positions des médiateurs qui le caractérisent attire l’attention des politologues dès les années 1980.

Afin d’enrichir les thèmes de recherche traditionnellement menés sur les techniques, les systèmes symboliques, les formes de religiosité, les jeux, les traditions orales, culinaires, etc., le champ du service public – jusque là minoré – offre un contexte de renouvellement de ces objets. Les dynamiques à l’œuvre sur la rive Sud, telle celle conséquente aux « Printemps arabes », sont porteuses de sens sur la modification du rôle de l’État, sur la gestion du bien commun, sur l’intérêt général, autant de préoccupations qui renvoient au service public et à sa transformation et qui trouvent un écho avec les évolutions en cours sur la rive nord.

Ce projet TRANSPUME-ATRI porte donc sur un aspect plus spécifique du programme TRANSPUME-SOCMED qu’il entend développer. Nous faisons l’hypothèse que l’espace méditerranéen est un espace heuristique pour étudier les transformations du service public.

Pour répondre à la problématique proposée, « la Méditerranée est-elle un espace heuristique pour étudier les transformations du service public ? », nous proposons de travailler sur trois thématiques qui permettent d’étendre et enrichir les questionnements déjà abordés en partie par TRANSPUME:

 

1)    La première thématique a trait aux modèles et procédures.

 

L’espace méditerranéen – sur ses deux rives – est un lieu de combinaison entre deux conceptions du service public, l’une – héritée du modèle latin – fondée sur l’exercice de l’autorité de l’État garante de l’intérêt général et l’autre, fondée sur la notion de bien commun – héritée du modèle anglais – , où la définition et l’administration de l’intérêt général ne sont pas du seul ressort de l’État. On constate qu’à l’heure actuelle la conception anglo-saxonne du service public tend à se diffuser voire à s’imposer. Comment, dans les espaces concernés par la colonisation en Méditerranée, les modèles et les procédures de mise en place des services publics s’actualisent-ils ? Comment les modèles hérités des puissances coloniales sont-ils diffusés par les pouvoirs en place ? Comment les populations se réapproprient-elles ces modèles, ou y résistent et les adaptent ?

Les pays de la rive sud méditerranéenne ont connu jusqu’à présent des formes d’État centralisées imposées des modèles coloniaux : administration centralisée, hiérarchisée, aux découpages administratifs quasiment semblables aux découpages administratifs coloniaux, (par exemple des communes dont les noms ont juste été arabisés mais qui conservent les mêmes limites administratives). Outils de gestion, d’organisation du territoire, les services publics garantissaient jusqu’alors des formes de solidarités qui entrent en concurrence avec les solidarités dites traditionnelles que les puissances coloniales se sont attachées à démanteler. Ces mêmes services publics connaissent aujourd’hui des crises de fonctionnement essentiellement liées à leur modèle – hérité des puissances coloniales et qui n’a que peu évolué depuis les indépendances – et dont les financements sont largement remis en cause.

Le modèle étatique appliqué par les métropoles coloniales a imposé ainsi de nouvelles formes de gouvernance entrant en conflit avec les organisations politiques déjà présentes. Les conséquences sociologiques et anthropologiques, telles que les catégorisations identitaires, issues des logiques coloniales, sont réinvesties par les populations comme outil de contestation.

Cette thématique analysera ainsi les négociations, les conflits éventuels liés à l’importation, la diffusion, et l’acculturation de ces modèles et procédures.

 

2)    La deuxième thématique a trait aux institutions.

 

Quels sont les institutions et processus d’institutionnalisation des services publics ? Cette question s’inscrit dans le champ actuel des recherches développées tant par les historiens que par les sociologues et anthropologues sur les phénomènes et modalités d’institutionalisation des rapports sociaux. Les membres du programme souhaitent aborder cette question afin de mieux cerner la notion de service public dans ses dimensions sociales. Dans le champ du service public, les points d’entrée peuvent être ceux de la notion de “service” et des formes de dépendance qu’elle implique pour les agents du service public, ou encore des domaines ayant donné lieu historiquement à l’apparition d’administrations spécifiques.

La focale sera mise en outre sur une catégorie particulière d’institutions -les institutions religieuses- et sur leur rôle, qui sont une dynamique fondamentale de ce processus dans les mondes méditerranéens chrétiens et musulmans dès le Moyen Âge. En effet, la Méditerranée étant un espace de pluralisme cultuel, il est pertinent d’interroger le processus de création, à travers la religion, de la notion d’intérêt général et ce sur les deux rives. Par exemple, en ce qui concerne les régions de tradition musulmane, les fondations pieuses habous/waqf assurent dès leur origine divers secteurs du service public comme la gestion de l’eau potable, la santé, l’éducation. Ces fondations évoluent et se positionnent en fonction du système politique sur le long terme selon un découpage précolonial, colonial, postcolonial.

 

3)    La troisième thématique a trait à l’espace public.

 

Comment la notion d’intérêt général et de bien commun structure-t-elle un espace public considéré au sens large du terme, à la fois matériel et symbolique ? L’accent sera mis ici sur les événements, notamment les “Printemps arabes” qui peuvent être lus, dans un sens, comme une tentative opérée par la société civile de s’approprier l’intérêt général. Comment, au prisme des Printemps arabes, peut-on ainsi questionner la réappropriation par la société civile des biens collectifs confisqués par les familles à la tête des États tunisien, égyptien, syrien ?Quels sont les ressources sémantiques mobilisées, les discours véhiculés par ces populations lors de ces manifestations ?

Si les histoires locales, les formes et les régimes du politique changent d’un pays à l’autre, l’espace public, la place publique demeurent des permanences, des outils utilisés comme symboles de ces contestations. Transgénérationnelles, transpartisanes, mêlant les genres, les foules contestataires donnent à voir publiquement une autre société civile. Les débats qui ébranlent violemment les formes de gouvernance en cours de construction renseignent ainsi sur les formes d’États, héritières des colonisations. Outil de gestion, d’organisation du territoire, les services publics garantissaient jusqu’à présent des formes de solidarités que les réformes issues de ces mouvements vont profondément bouleverser.

 

Ce projet s’inscrit ainsi dans l’atelier thématique de recherche interdisciplinaire 5 du LabexMed « États, droits, appartenances » à la fois dans les deux axes qui le composent. L’espace méditerranéen analysé sous l’angle des transformations du service public permet de repositionner la question des rapports entre société, politique et religion dans des débats actuels ainsi que de questionner les transferts, importations, et exportations de modèles politiques et juridiques d’un espace socio-historique à un autre.

Une réflexion au sujet de « Présentation Transpumed »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *