JE Transtur 12 octobre 2012

Workshop – Les reconfigurations contemporaines des relations public/privé en Turquie : 12/10/2012

Écrit par  

Workshop - Les reconfigurations contemporaines des relations public/privé en Turquie : 12/10/2012

Les reconfigurations contemporaines des relations public/privé en Turquie
The reshaping of public-private relationships in contemporary Turkey

***

IFEA, 12 octobre 2012
ANR TRANSTUR – CERI (groupe sociologie historique de l’économique) – IFEA

Problématique

Importance croissante des acteurs privés dans la fourniture de services sociaux ; privatisations d’entreprises publiques ; délégations à des acteurs privés dans de nombreux secteurs d’activité : en Turquie comme ailleurs, ce qui est couramment qualifié de « néo-libéralisme » fait sentir ses effets. Tout en gardant un éclairage comparatif, l’objectif de cette journée d’étude est d’analyser la trajectoire de la Turquie en ce domaine, à travers le prisme des relations public/privé. Ce pays a longtemps été caractérisé par une économie dirigée, avant le tournant libéral entamé dans les années 1980 et en voie d’achèvement depuis une décennie. Loin de la lecture d’une privatisation généralisée et d’un retrait tous azimuts de l’Etat, nous explorerons l’hypothèse selon laquelle les acteurs publics, aux niveaux national et local, gardent un rôle de premier plan, mais sous des formes renouvelées (gestion, interventions indirectes, décharges et délégations, régulations croisées). De ce fait, les zones de contact entre public et privé, les relations mouvantes entre ces secteurs, se trouvent au cœur des reconfigurations de pouvoir actuelles et permettent d’en proposer une lecture fine. Les termes public et privé, utilisés par commodité, ne sont pas ici définis a priori : non seulement les frontières entre l’un et l’autre sont toujours floues, mais les pratiques de chevauchement, la multiplicité des formes de propriété, des modes de régulation, des légitimités, des interventions et même des conceptions du public et du privé sont légion. A l’encontre d’une vision en termes dichotomiques public/privé, on privilégiera des lectures en termes de décharge, de délégation, d’intermédiaires, d’échanges, d’articulation. Il s’agira in fine, d’étudier l’émergence de nouvelles configurations d’intérêts, d’analyser la circulation complexe et conflictuelle du pouvoir pour, au final, déceler d’éventuelles ruptures dans les modes de gouvernement et dans la nature et les interventions de l’État. On tentera de qualifier les développements actuels en dépassant la simple étiquette de « néo-libéralisme », terme si large qui finit par perdre son sens. Dès lors, nous nous interrogerons sur des zones de contact et de négociation diverses, telles les privatisations et les diverses formes de délégation, l’intervention d’acteurs privés dans la fourniture de services publics et dans les prises de décision institutionnelles, les phénomènes de reconversions individuelles et d’articulations institutionnelles, la formation de diplomaties alternatives enchevêtrées dans les diplomaties traditionnelles (ONG et GONG, diplomaties d’entreprises).

Langues de travail

français et anglais

Participants

Béatrice Hibou (CNRS/CERI-Sciences Po)
Ayse Bugra (Boğaziçi Universitesi)
Jean-François Pérouse (IFEA)
Élise Massicard (IFEA)
Gabrielle Angey (IFEA)
Zeynep Kadirbeyoğlu (Bogaziçi Universitesi)
Ghislaine Gallenga (Université de Provence, IDEMEC)
Bilgesu Sümer (Bogaziçi University /100. Yil University)
Françoise Dreyfus (Université de Paris I Sorbonne)

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.